Un pari totalement réussi

Un pari totalement réussi

2m2c

Le bilan final du comité d’organisation  des Championnats d’Europe d’escrime à Montreux est tout à fait positif. Swiss Fencing a laissé une excellente carte de visite sur le plan sportif et de l’organisation.

Les points forts de l’équipe suisse ont été marqué selon les prévisions dans les compétitions hommes de l’épée. Max Heinzer a décroché la médaille d’argent dans la compétition individuelle, l’équipe a obtenu le bronze. « Deux médailles, c’est un très bon résultat pour une petite fédération comme la nôtre », a dit Olivier Carrard, le président de Swiss Fencing et du comité d’organisation lors d’une conférence de presse.

Evidemment, la médaille de mercredi aurait encore pu resplendir de plus si l’équipe avait pu mettre la dernière estocade dans la demi-finale contre l’Estonie. Mais la réaction dans le match pour la troisième place était tout à fait remarquable. « Ils ont su bien gérer la déception et se sont regroupés. C’est aussi très important qu’ils ont ainsi gagné de points importants en vue de la qualification pour les Jeux Olympiques de Rio», dit Sophie Lamon, la sport manager de Swiss Fencing et chef de la gestion opérationnelle du projet au sein du comité d’organisation. En outre, Benjamin Steffen et Peer Borsky ont fourni de signes positifs pour les prochains mois. Le Bâlois s’est montré énormément convainquant dans la compétiton par équipes et le Zurichois a démontré qu’il est un remplaçant plus que valable.

L’équipe, et c’est une nouveauté, ne consiste plus seulement de trois athlètes. « C’est aussi un clair message à nos adversaires », reconnait Lamon.

Néanmoins, ce jugement positif n’est valable que pour les hommes. Chez les filles, seulement Tiffany Géroudet a confirmé la tendance positive des derniers mois. Pauline Brunner, l’espoir numéro 2, n’a pas su satisfaire toutes les attentes et derrière ces deux, il y aura vraisemblablement des changements en vue des Championnats du monde à Moscou qui se dérouleront le mois prochain. « Nous travaillons à avoir des modifications », avoue Sophie Lamon.

La première compétition majeure en Suisse depuis les CM à La Chaux-de-Fonds en 1998 étaient un grand défi, aussi du point de vue de l’organisation. Un groupe étroit de base, composé par des experts de l’escrime et quelques spécialistes de l’extérieur, a fourni un grand travail. « C’est un pari réussi. Nous avons eu des échos très positifs de la part des fédérations, des athlètes et des délegations », se réjouit Carrard. Selon le Maître de Genève, le premier champion d’Europe de Suisse en individuel (1982 à Mödling), aussi les finances sont en ordre, bien que le budget d’environ 1,3 millions de francs avait créé quelques soucis « Il y avait une phase où j’avais un peu de crainte, mais nous terminerons probablement assez équilibré. »

Avec le travail fourni lors des deux dernières années, les organisateurs ont fait la meilleure autopublicité. Plusieurs voix de la FIE ont dit que la Suisse devrait présenter une candidature pour des Championnats du Monde dans le futur proche. Pour Carrard, ces pensées sont encore trop dans l’avenir. « D’abord nous avons besoin de souffler. Après, on se réunira bientôt pour voir quels sont les plans de toutes les personnes clés pour les prochaines années. En tout cas, une éventuelle candidature demande beaucoup de réflexion. »

Les deux derniers titres de la compétition ont été attribués après des véritables thriller. Les Italiennes ont gagné le titre en fleuret en battant la Russie 45-44, mais leurs compatriotes se sont fait remonter par l’Allemagne et ont perdu 44-45. Malgré cet échec final, l’Italie a terminé ce classement des médailles à la première place avec 3 médailles d’or, 3 d’argent et 4 de bronze.

 

Facebook

Twitter